Agenda
En un clic

  Permanence des élus

  Travaux en cours

  Vos démarches en mairie

  Interdictions temporaires

  Roscanvel infos

  Contactez la mairie

  Covoiturage

  Accès restreint

» » » » » Dans Ar Vag 27 & 28 Juillet 2018
Exporter en pdf  Exporter en pdf



Édition 2018

 

Le point d’orgue des animations proposées par l’association Ouvertures est le grand Fest-noz Dans Ar Vag organisé en été. Chaque année ce n’est pas moins de 700 danseurs qui viennent chaque soir, heureux d’être accueillis dans la «maison des bateaux». Ces soirées auront lieu comme les années passées sous le hangar à bateaux à Roscanvel. Cette 19 ème édition se déroulera les 27 et 28 juillet 2018. 

 

Programmation complète : 

 

 

Vendredi 27 juillet :

 

WAR-SAV : "Debout !" en breton. Telle est l’invitation que lancent aux danseurs les jeunes musiciens du groupe trégorois qui, depuis 2011, écume les scènes des fêtes bretonnes. La recette de leur musique est un secret bien gardé. Tout ce qu’on peut vous dire, c’est qu’il y a des airs traditionnels de derrière les fagots, badigeonnés d’un mélange de couleurs folks, le tout mariné dans un jus saturé d’énergie*… À manger très chaud et à consommer sans modération !

L’équipe est constituée de cinq garçons jeunes et beaux (sauf un, mais on ne dira pas qui). Les trois anciens, ce sont Elouan Le Couls au violon, Quentin Guillou à l’accordéon, et Camille Bossard à la guitare. Forts de plusieurs décennies d’expérience, ils assurent la solide assise harmonique et rythmique et donnent au groupe sa couleur folk. Ils sont plus tard rejoints par Korentin "Koko" Le Davay. De sa voix chaude et puissante, ce crooner mod Bro Dreger harangue la foule et envoie la dañs tro bien à façon. Mathieu Messager, un talabarder qui passait par là, les rejoint enfin pour donner la réplique au chanteur. Bien ancré dans le Trégor, le groupe ne se prive pas pour autant d'écumer les routes de Bretagne et d’ailleurs pour chatouiller les pieds de toujours plus de danseurs !!! 

 

FORZH PENAOS : Créé en 1993, Forzh Penaos est la rencontre de musiciens de Basse Bretagne. Résolument tourné vers la danse, le groupe propose un répertoire résultant à la fois de la recherche d'airs traditionnels et de compositions des membres du groupe. Les instruments utilisés et les diverses influences de chacun donnent à l'ensemble une " colorité " nouvelle, inscrivant la tradition musicale bretonne dans l'air du temps. Les membres du groupe portent comme un léger regard d'autodérision en choisissant un nom qui signifie "n'importe quoi !", car s'il est des instrumentistes qui ont reçu une formation des plus sérieuses, ce sont bien eux. Certains ont fait leurs premiers pas musicaux dans une école de musique traditionnelle. C'est le cas de Philippe Boisard qui s'est mis à la cornemuse au centre Breton d'Art Populaire de Brest avant de se tourner finalement vers la flute traversière. C'est aussi le cas de Christophe Pervès qui a commencé la bomarde au bagad Landi, dont il est devenu directeur musical, et de Cédric Moign à la cornemuse, issu de la Kevrenn an Arvorig et tourné un temps vers le rock avec Black Label Zone. Yvon Molard s'est lui initié à la caisse-claire au bagad de Douranenez quand à Sébastien Carney, il a lui découvert la guitare avec Soïg Sibéril et Gilles le Bigot. Bref, c'est gars là n'on plus rien a prouver depuis 25 ans !!

 

MO'JO : Du souffle, de la pulpe, du frottement et des lamelles... L'attirail de Mo'Jo n'est, finalement, pas si éloigné de celui des danseurs qui viennent à leur rencontre... Chauffer la terre avec eux, c'est un bon moyen de finir dans le même état... complètement dans les cordes... les cordes de David à la basse puissante qui répond à celles des violons de Stefan et Anthony, quand celui ci ne prend pas son saxophone...tout ça saupoudré des notes scintillantes des kalimbas de Paul-Emmanuel...quand celui ci ne prend pas sa flute traversière...ça devient compliqué mais tellement intense... Les attaques sur les Ronds de Saint-Vincent ou des Loudéacs emportent les danseurs dans un tourbillont comme des feuilles portées par le vent alors que les gouttes de kalimba tombent du ciel avant de s'évaporer...  


PICHARD / VINCENDEAU : Le duo en musique bretonne a pris ses lettres de noblesse depuis quelques années avec des références comme Veillon/Riou, Hamon/Martin et d’autres encore. En voici un nouveau qui va faire parler de lui. Nous avons affaire ici à des musiciens, Stevan Vincendeau à l’accordéon et Willy Pichard à la vielle, de grands talents, techniquement irréprochables mais surtout sensibles et cultivés, les oreilles ouvertes sur la musique en général et cela s’entend. Les jeux et sons des deux instrumentistes se rejoignent en une étonnante symbiose, un univers très rythmique et dynamique. L’accordéon remplit le son grâce à ses accords et ses basses, la vielle dynamise le tout à l’aide de cette percussion particulière que l’on appelle le "chien". Musique qui se danse aussi bien qu’elle s’écoute, le duo Vincendeau/Pichard se pose là comme l’un des tous meilleurs de Bretagne !!!

 

BRUNET / LE GALL : Alter egos musicaux, les parcours d'Hélène Brunet et Yann Le Gall ont suivi des courbes parallèles. Ils débutent tous les deux en pleine effervescence du fest-noz, évoluent sur les mêmes scènes sans toutefois avoir l'occasion de jouer ensemble.

​Leurs nombreuses formations en bagage (Kreiz Breiz Akademy, Tan de'i!, Pevar den, Hiks, Youn Kamm, Kerouac...), boostés par leurs expériences électriques (Faustine, White Elephant tôk...),

​C'est aujourd'hui que se présente l'occasion de croiser leurs cordes. Ils vous proposent un retour à leurs sonorités acoustiques et délivrent un mélange de compositions et de thèmes traditionnels sur des arrangements originaux. Ils restituent leur héritage avec le mordant d'un rock band et des résonances à la fois sobres et puissantes. 

 

Samedi 28 juillet :

 

DARHAOU : Né en 1997, le groupe Darhaou a su traverser ces 20 dernières années en créant une musique bretonne évolutive et à l’aise dans ses baskets : au plus proche de la danse, un son riche ou bombarde et biniou (Ronan Le Dissez et Stéphane Foll) jonglent avec la treujenn-gaol et l’accordéon (Olivier Urvoy et Ronan Bléjean), soutenus par la basse et la guitare (Étienne Callac et Erwan Volant).

Si le premier opus du groupe avait pour nom « Ar C’hoant », c’est-à-dire l’envie (toujours aussi rayonnante 20 ans plus tard !), le quatrième album, sorti à Noël 2016, s’intitule lui « Direnni ». En breton trégorois « direnni » peut se traduire par « aciérer un outil ». L’outil Darhaou est toujours une redoutable machine à faire danser…

 

FLEUVES : La musique se moque des étiquettes avec Fleuves pour ne garder que le tempo furieux, au sens positif du terme, d’une ronde qui ondule dans un même flux. Le propos artistique embrasse tous les possibles, sans se perdre dans le seul plaisir de la prouesse mélodique. Le groupe tient à cette liberté, s’affranchir des codes pour traduire dans un regard neuf toute la portée aussi symbolique que physique d’un mouvement collectif étonnant, mu par cette seule énergie des corps qui manifestent la même intensité au plus fort de la danse. Émilien fait le lien avec ce riche répertoire traditionnel, Romain vient d’un tout autre univers, celui de la danse contemporaine. C’est grâce à Samson que ces deux-là se sont rencontrés. L’ingénieur du son, Joachim Olaya, est plus proche de la musique orientale.

 

 

ZE BIG NOZ : Quatre saxophonistes complices dans de nombreuses aventures musicales (L’Occidentale de Fanfare, La Fédération Française de Baryton, Les Trompettes du Mozambique…) se réunissent sur le parquet pour envoyer du gros son. Mais pas n’importe quel gros son ! Du gros son à danser, tout droit sorti des pavillons de leurs saxophones barytons au service du dance-floor breton ! Les 4 compères s’emparent du répertoire de Little Big Noz, le malaxent et le triturent jusqu’à l’explosion en quadri-carburation. Ça swingue la gavotte, ça groove le rond de Saint-Vincent, ça chaloupe la valse à trois temps, bref, ça décolle le danseur du parquet ! Les mécaniques corporelles bien huilées, les quatre chambres à combustion optimisées, Francis, Guillaume, Gweltaz et Ronan vont vous faire “balancer!!!

 

KAN HA BISKOUL : Formé par cinq musiciens autodidactes, ce groupe d'amis a choisi d’écumer les festou-noz en proposant des compositions originales tournées vers le rock aux accents traditionnels. "Entraînant", "sympa", pêchu", "dynamique", les adjectifs ne manquent pas pour décrire le style de Kan Ha Biskoul. La formule a très peu changé depuis bientôt 20 ans…, violon et low whistle pour la mélodie, guitare, basse, batterie coté rythmique. Forts de nombreuses dates en compagnie des principaux acteurs de la vie musicale bretonne, ils ont acquis une présence scénique indiscutable et comptent bien continuer tranquillement sur la route qu’ils ont empruntée depuis ces 19 printemps ! !

 

AR C'HI WAWA : Depuis 2014 Ar C’hi WaWa écume les festoù-noz avec énergie. Du Fest Bro Pagan aux Sonneurs chez eux à Gourin, ils remportent à Nantes, le trophée Philippe Grellier en 2017. Après une centaine de prestations, les voici dans une nouvelle formule à voix et à cordes : un couple de Kan ha Diskan, un couple viole d’amour- violon, et une guitare folk rock’n roll.

 

 

 

 

 

Infos pratiques :

Vendredi 27 juillet 2018

War-sav, Forzh Penaos, Mo'jo, Pichard/Vincendeau, Brunet / Le Gall

entrée : 7 € - gratuit pour les moins de 12 ans

ouvertures des portes à 20h30

 

Samedi 28 juillet 2018

Darhaou, Fleuves, Ze Big Noz, Kan Ha Biskoul, Ar C'hi WaWa

entrée : 7 € - gratuit pour les moins de 12 ans

ouvertures des portes à 20h30

 

 

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site